Etienne Mimard (1862-1944)

Etienne Mimard (1862-1944)

Image extraite de l'article de la Médiathèque de St Etienne

Un industriel éponyme.

 

1862 : Naissance le 18 janvier  à Sens (Yonne) de Pierre Etienne Mimard. Fils unique d’un père armurier, il fait ses études à l’école professionnelle de la ville où il obtient son certificat d’études puis un diplôme d’ingénieur en dessin d’imitation et ornements. Il quitte sa ville natale et arrive à Saint Etienne en 1883.

 

1885 : Il rachète avec Pierre Blachon la société Martinier-Collin spécialisée dans la vente d’armes de chasse et de tir par correspondance par l’intermédiaire d’un journal cynégétique : Le chasseur français. En 1887, ils ajoutent à leurs fabrications les cycles (Hirondelle) et les fusils Idéal. La nouvelle société prend le nom de Manufacture Française d’Armes et Cycles de Saint Etienne. La gamme des produits fabriqués s’élargit aux machines à coudre, aux articles de pêche et bien d’autres choses.

 

1889 : Après son mariage en 1888 avec Ernestine Baillat , Etienne Mimard décide de faire passer le tirage du Tarif-Album de 20 000 à 300 000 exemplaires et d’en envoyer un aux chasseurs et aux administrations. Le succès sera au rendez-vous. En 1894, il commence la construction de sa nouvelle usine située Cours Fauriel.

 

1897 : Etienne Mimard fonde la Chambre Syndicale du Cycle qui regroupe 31 fabricants. Il en restera le président jusqu’en 1923. En 1902, ses mérites enfin reconnus, il est fait Chevalier de la Légion d’Honneur.

1911 : Après plusieurs voyages aux Etats-Unis, il ramène et applique dans ses usines les nouvelles méthodes de production : taylorisme, standardisation, fabrication en grandes séries, mécanisation (450 machines-outils). La Manufacture Française d’Armes et Cycles de Saint Etienne devient Manufrance.

 

1939: Les usines Mimard  occupent une superficie de 80 000 m2 , renferment 1 700 machines-Outils et emploient plusieurs milliers d’ouvriers. Après la grève de 1937, Etienne Mimard renonce  à léguer la totalité de l’usine à ses employés.

 

1944 :L’activité de Manufrance cesse avec la défaite de 1940. Malgré les pressions, Mimard refuse de fabriquer des obus ou des armes pour les armées allemandes. Il meurt le 14 juin à Saint Etienne. Dans son testament, il institue la Ville de Saint Etienne comme sa légataire universelle. Il lui confie la charge d’améliorer l’instruction et l’éducation professionnelle.

Modifier le commentaire 

par admin etienne-mimard le 04 avr. 2015 à 15:34

haut de page